• Pavillions Monte-Carlo - Architecture retail de luxe - Affine Design
  • Pavillions Monte-Carlo - Architecture retail de luxe - Affine Design
  • Pavillions Monte-Carlo - Architecture retail de luxe - Affine Design
  • Pavillions Monte-Carlo - Architecture retail de luxe - Affine Design
  • Pavillions Monte Carlo - Architecture retail de luxe - Affine Design
Chargement des images Affine Design - Veuillez patienter
Chargement des images

Les Pavillons Monte-Carlo


Le cœur de Monte-Carlo fait actuellement l’objet d’une rénovation urbaine de grande ampleur afin que ce site historique lié à l’aura internationale de la Principauté entre en majesté dans le XXIe siècle. Cet aménagement est consécutif aux grands travaux menés dans les deux édifices patrimoniaux qui bordent la place du Casino où de prestigieuses enseignes de luxe étaient jusqu’à présent implantées : l’Hôtel de Paris (1864) actuellement restauré et embelli par Richard Martinet et le Sporting d’Hiver (1931) qui fera place à un ensemble immobilier de luxe.

À cet effet, Monte-Carlo Société des Bains de Mer a souhaité reloger temporairement ces enseignes de luxe en leur offrant des écrins contemporains le temps du chantier entamé en juin 2013. Conçus par l’architecte Richard Martinet, les Pavillons Monte-Carlo respectent l’environnement des jardins des Boulingrins et garantissent la pérennité du patrimoine arboré de cet espace. En même temps, ils préfigurent le renouvellement de ce site exceptionnel en un lieu d’animation et de convivialité, futur centre de développement économique et culturel de la ville.

Au nombre de cinq, les Pavillons Monte-Carlo sont implantés entre l’avenue de la Costa et la place du Casino sur une surface globale de 2.700m². À la demande de la Société des Bains de Mer, maître d’ouvrage et propriétaire des Jardins des Boulingrins, Richard Martinet a conçu ces modules sur le principe d’une architecture éphémère, en collaboration avec l’architecte monégasque Chérif Jahlan, associé à la maîtrise d’œuvre. Tels des galets géants posés dans un cadre boisé, les Pavillons Monte-Carlo accueillent des griffes de renommée mondiale mais aussi des Maisons de haute joaillerie. Ces boutiques resteront en place le temps des travaux effectués à l’Hôtel de Paris qui demeurera accessible à ses clients privilégiés. La restauration du célèbre Palace sera donc réalisée en site occupé, une opération sensible menée par Richard Martinet, maître d’œuvre de ce projet et architecte d’intérieur. En rupture avec la rationalité classique et l’ordre linéaire, la géométrie toute en courbes de ces pavillons n’est pas étrangère au contexte du site. Au cœur de Monaco, les jardins des Boulingrins côtoient les jardins de la Petite Afrique où sont plantés des essences rares et des sujets à haute tige qui offrent aux monégasques et au monde entier des terrasses ensoleillées et arborées. Cet univers botanique est aussi un espace d’art contemporain en plein air où s’exposent, toute l’année, diverses institutions, notamment la Fondation Guggenheim.

« Ce jardin à la française a suscité chez moi l’envie d’en préserver les méandres, les sentiers et les deux bassins d’eau qui fondent son harmonie et son esprit, explique Richard Martinet. L’idée de rester dans le même vocabulaire était indispensable pour maintenir des cheminements, pour conserver de belles perspectives et l’usage du lieu afin de respecter ce cadre naturel exceptionnel ».

Le contexte a guidé la forme mais pas seulement. La morphologie des Pavillons Monte-Carlo, et par conséquent celle de ses espaces, répond à une volonté chez Richard Martinet de gommer le conflit architectural qui oppose la structure même d’un bâtiment à son aménagement intérieur et ses éléments standardisés. Le directeur d’AFFINE DESIGN a saisi l’opportunité d’une architecture éphémère pour offrir une page blanche aux boutiques de luxe afin qu’elles renouvellent leur partition spatiale dans une même unité de lieu. Si l’architecture éphémère est une occasion pour le maitre d’œuvre d’apporter une dose d’oxygène dans un environnement contraint, elle n’en demeure pas moins un exercice subtil pour conjuguer ce territoire avec une insertion contemporaine. Ce projet bien dans l’air du temps ainsi que son concept innovant ont séduit la Principauté et la Société des Bains de Mer attachées à faire de Monaco une ville d’expérimentations urbaines.

La vision de Richard Rogers a également nourri la réflexion de Richard Martinet. Traçant une ligne imaginaire sur la Place du Casino, l’architecte britannique actuellement à l’œuvre sur l’emplacement du Sporting d’Hiver constate la mutation engagée sur cet emplacement mythique. D’un côté perdure la flamboyance du patrimoine architectural de la Principauté et de l’autre s’inscrit le visage urbain du Monaco de demain. Un futur déjà amorcé avec la construction du nouveau Yacht Club de Monaco réalisé par Norman Forster.

Avec leurs formes futuristes, les cinq Pavillons Monte-Carlo participent à cette détermination toute princière de voir le Rocher accéder à une modernité architecturale affirmée.

Les Pavillons Monte-Carlo - Boutiques
2014 – Monaco
Architecture
2 700 m²

Plus de projets