• Hôtel de Crillon - Architecture de Palace - Affine Design
  • Hôtel de Crillon - Architecture de Palace - Affine Design
  • Hôtel de Crillon - Architecture de Palace - Affine Design
  • Hôtel de Crillon - Architecture de Palace - Affine Design
  • Hôtel de Crillon - Architecture de Palace - Affine Design
Chargement des images Affine Design - Veuillez patienter
Chargement des images

Hôtel de Crillon


Depuis toujours, l’Hôtel de Crillon est le symbole du luxe hôtelier à Paris. Son statut n’est pas étranger au fait qu’il est d’abord un monument témoin du siècle des Lumières, édifié sur l’un des sites parisiens les plus exemplaires en termes d’architecture et de patrimoine : la place de la Concorde. Sa restauration actuelle menée par l’agence d’architecture AFFINE DESIGN restitue sa notoriété intimement liée à l’Histoire de France.

Sa façade, classée, est l’un des éléments remarquables de la place Louis XV ainsi dénommée lorsqu’elle fut conçue pour le monarque par le célèbre architecte français Jacques-Ange Gabriel. Sur cet emplacement, en 1763, Louis-François Trouard fait bâtir l’Hôtel d’Aumont, puis, en 1788, François-Félix Crillon l’acquiert et lui donne son nom. Il est racheté par une compagnie hôtelière en 1907 avec les deux autres hôtels particuliers qui lui font suite rue Boissy d’Anglas et devient, en 1910, l’Hôtel des Voyageurs, une étape de prestige dans le Paris du début du XXe siècle. Les trois bâtiments subiront une longue rénovation sous la conduite de Hippolyte Destailleur qui réalise des façades sur les cours en utilisant les ordres et les éléments de style de l’architecture classique de Gabriel. Destailleur est, comme ses contemporains, rompu à l’art de restituer des décors du XVIIIe siècle. Il remplacera par des copies réinterprétées, les décors originaux de l’Hôtel de Crillon qui furent démontés, vendus et disséminés un peu partout à travers le monde, notamment dans la collection Wrightsman à New York ou l’ambassade d’Italie à Paris.

Par sa situation exceptionnelle, l’hôtel de Crillon attire des têtes couronnées et les chefs d’État mais aussi une clientèle d’exception qui côtoient les salons du premier étage classés Monuments Historiques en 1964. Par la suite, ce palace est racheté par différents groupes financiers, le dernier acquéreur en date étant un membre de la famille royale d’Arabie Saoudite.

Les travaux dont l’Hôtel de Crillon fait l’objet, aujourd’hui, ont pour corollaire la reconquête des illustres palaces parisiens confrontés, depuis une quinzaine d’années, à l’essor des hôtels de luxe haut de gamme dans le monde. La liste est déjà longue, à Paris, de ceux qui, à l’image du George V Four Seasons, de l’Hôtel de la Tremoille, ou encore de The Peninsula Hotel Paris, ont regagné leurs lettres de noblesse, ou comme le Shangri-La Paris, ont pénétré ce cercle fermé. Tous ces établissements de luxe ont, entre eux, un point en commun : leur architecture a été rénovée et restaurée par AFFINE DESIGN.

Avec le projet de l’Hôtel de Crillon, cette agence d’architecture touche la quintessence même de l’hôtellerie de luxe parisienne dont la charge historique rend la mise en œuvre délicate. Cette fois encore, Richard Martinet a procédé avec son équipe à une radioscopie de l’édifice pour en comprendre les origines, les modifications successives et les richesses enfouies qui mériteront d’être mises au jour. Ces informations viendront nourrir la partition à réinventer de manière à répondre aux aspirations et aux modes de vie des clients d’aujourd’hui, habitués aux palaces internationaux. Cette méthodologie évince toute capacité à produire une gesticulation malheureuse, à l’inverse, elle développe une intervention dont la sobriété devient une performance.

L’état des lieux détermine, en général, le fil conducteur du projet. Dans le cas de l’Hôtel de Crillon, la façade principale reste la pièce maîtresse et l’image dominante, mais l’établissement lui-même souffre d’un enchevêtrement de morceaux d’architecture qu’il convient de remettre en ordre. Autre constat : l’aspect labyrinthique du lieu dévalorise et condamne un certain nombre d’espaces, notamment la deuxième cour qui sera remise en valeur par la création d’une immense galerie créant une perspective depuis l’entrée magistrale. Cet ajout maître dans le projet d’AFFINE DESIGN redonne une unité spatiale forte au rez-de-chaussée et une lisibilité des circulations qui faisaient défaut. Cette nouvelle épine dorsale, tangente à l’ancien passage cocher, règle en même temps l’emplacement de la loge des concierges et des services d’accueil qui seront aménagés au cœur du palace.

Aucune intervention contemporaine ne se lira sur les façades extérieures ni sur celles des cours intérieures également classées. Quant à la nouvelle galerie, sa neutralité architecturale lui permettra une insertion douce dans les éléments architecturaux historiques. En revanche, la restauration des trois salons du premier étage est conduite par Benoît Maffre, architecte du patrimoine, qui a identifié les éléments datant de 1763 et ceux remplacés par des copies en 1910. Ce précieux travail d’inventaire a participé aux études préliminaires faites sur des photos et des peintures, mais il a aussi permis l’identification des différents lieux où sont conservés les morceaux historiques. Enfin, en compulsant les documents déposés aux Archives Nationales ainsi que par des analyses in situ, l’agence AFFINE DESIGN a pu comprendre comment Destailleur avait composé ses pastiches, codes d’interprétation à l’appui.

Le fameux restaurant des Ambassadeurs sera, quant à lui, restauré dans son état début XXe avec ses marbres polychromes et ses allégories dédiées aux différents corps de métiers ayant contribué à la réalisation de l’Hôtel de Crillon.
Seules les parties communes du rez-de-chaussée et du premier étage seront restaurées à 70%. En revanche, les couloirs, les chambres et les suites exceptionnelles appartiendront à un vocabulaire plus contemporain, élaboré par trois équipes d’architectes d’intérieur.

Enfin, pour transformer l’Hôtel de Crillon en palace du XXIe siècle, deux niveaux en sous-sol seront creusés sous les cours pour y loger les services fonctionnels (cuisine, réserves, back office) mais aussi un centre de soins (spa) et une piscine dont l’éclairage naturel sera assuré par un puits de lumière aménagé dans la deuxième cour. Sur le devant de l’Hôtel Crillon sera réalisée une petite galerie souterraine donnant un accès direct au parking de la place de la Concorde. Ce vestibule long de quelques mètres se glissera avec précaution à côté des fondations de l’Hôtel de Crillon elles-mêmes classées. La renaissance de ce joyau est prévue en 2016.

Hôtel de Crillon - Hôtel 5*
2016 - Paris France
Architecture
17000 m² - 130 clés

Plus de projets